Catégories
Livres & comics

REVUE: Perdez-vous dans une liaison lesbienne historique avec GOODBYE, MY ROSE GARDEN

Au revoir ma roseraieAu revoir, ma roseraie

Histoire et art: Dr. Pepperco
Traduction: Amber Tamostaitis
Adaptation: Cae Hawksmoor
Lettrage et retouche: Kaitlyn Wiley
Éditeur: Danielle King
Éditeur: Seven Seas Entertainment

Au tournant du 20e siècle en Angleterre, l'homosexualité était un crime punissable. Quiconque suit les affaires sordides des grands écrivains de la littérature sait que le romancier et dramaturge Oscar Wilde a été emprisonné puis exilé à cause de ses relations avec les hommes et les garçons. C’est dans ce climat que les héroïnes de Au revoir, ma roseraie se retrouvent – une époque où de nombreux romans parmi les plus renommés étaient écrits et les règles d'une société polie commençaient à fléchir sous la croissance de la modernité.

Hanako est une jeune femme japonaise venue en Angleterre pour poursuivre son rêve de devenir auteur. Elle est une grande fan de l'écrivain Victor Franks et apporte son manuscrit à sa maison d'édition dans l'espoir qu'elle puisse le rencontrer, ou du moins lui faire lire son travail. On lui dit sans ambiguïté qu'il n'acceptera aucun visiteur et elle s'est avérée immédiatement. Alice Douglas, une jeune femme noble qui a été témoin de toute cette épreuve et a été impressionnée par la capacité de Hanako à se défendre, suit rapidement Hanako et l'invite à venir travailler comme femme de chambre lorsqu'elle apprend que Hanako n'a nulle part où aller.

Au revoir, ma roseraie

Ainsi commence une romance yuri chargée et historique qui secoue la stricte hiérarchie anglaise avec le drame et le style. Hanako, tout comme les autres femmes de ménage du Douglas, est impressionnée par l'extrême gentillesse d'Alice envers son personnel. En fait, Alice conclut un accord avec Hanako: elle présentera sa nouvelle femme de chambre à l'éminent Victor Franks, à condition que Hanako la tue. C'est une étrange demande pour le moins, mais Hanako apprend lentement qu'Alice aurait des sentiments romantiques pour une autre femme. Les contraintes de la vie polie de la société anglaise font que, même si elle est riche et privilégiée, elle ne peut pas vivre librement. Elle est déjà fiancée au fils d'une autre famille éminente, et bien qu'il soit gentil et qu'elle comprenne sa responsabilité envers sa famille, elle est misérable.

Au revoir, ma roseraie

Bien que Au revoir, ma roseraie semble à première vue rougir que c'est une de ces romances queer de malheur et de tristesse, il y a un espoir et une légèreté surprenants en jeu. Hanako, venue du Japon avec des idées très différentes sur l'amour et la liberté, essaie d'aider Alice à renouveler son investissement dans la vie. Créateur Dr. Pepperco comprend bien l'histoire bien, sonder les profondeurs de la littérature victorienne et en utilisant une multitude d'informations historiquement précises de la période. Ils (en plaisantant?) Affirment qu'ils voulaient surtout faire cette série parce qu'ils aimaient les uniformes de femme de chambre, et il est vrai que toutes les modes représentées le sont avec grand soin. L'œuvre est richement détaillée, transmettant un anglais chaleureux et confortable avec un grand succès.

Au revoir, ma roseraie

Une fois de plus, les lecteurs sont traités avec une romance yuri qui repousse les limites de ce qui a été le plus souvent localisé en anglais. Alice a des inquiétudes réelles sur sa sexualité et sa place dans la société. Bien qu'il soit clair qu'elle se soucie de Hanako et vice-versa, la romance est lente à s'épanouir, la première préoccupation de Hanako étant sa capacité à soutenir et à servir sa gentille maîtresse par-dessus tout.

Pour ceux qui souhaitent s'évader dans une affaire de campagne anglaise, le premier volume de Au revoir, ma roseraie est désormais disponible auprès de Seven Seas Entertainment. Le volume deux sera disponible le 21 juillet 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *