Catégories
Livres & comics

James Bond 007 Films Classé: # 17 'Live and Let Die' (1973)





Ici, Bond jette le dernier de ses restes de personnage et devient pleinement et purement un archétype. Il ne se sent plus comme un vrai personnage mais simplement comme une collection de traits minces enveloppés dans une coquille britannique chic qui part à l'aventure. Je ne suis pas entièrement opposé à cette approche, mais le film doit mieux comprendre son manque de profondeur à travers un meilleur spectacle. Ce qui est ici n’est pas nécessairement mauvais, mais c’est presque tout plutôt fade qui, associé à une narration plus fine, rend cette affaire moins divertissante qu’elle aurait pu l’être.

Cela dit, j'aime bien Roger Moore dans le rôle. Il est plutôt parfaitement choisi pour le suave lothario Guy Hamilton et les Broccoli ont fait Bond. Connery était un prédateur. Lazenby était presque un innocent. Moore est simplement en train de coucher avec des femmes et son travail de super espion est l'excuse qu'il utilise pour trouver de nouvelles femmes. Le problème est qu'il se perd en grande partie dans de grandes sections du film alors que l'histoire se sent bricolée.

L'intrigue du film implique Bond suivant le diplomate d'une île fictive des Caraïbes parce que trois agents autour de lui et de l'île sont tous morts le même jour. Ce crochet est suffisant pour amener Bond dans l'aventure, mais la progression de l'enquête est inutilement compliquée. Le Dr Kananga disparaît à l'arrière de sa résidence de New York et entre dans un bureau souterrain sous un restaurant où il se déguise en M. Big, un gangster. C’est là que Bond rencontre Solitaire, le lecteur de cartes de tarot et mystique du Dr Kananga.

L’action passe à San Monique où Bond finit par traquer les opérations du Dr Kananga, séduit Solitaire parce qu’il le peut et découvre le secret de l’intrigue, que le Dr Kananga prononce assez rapidement en un seul discours. Il va expédier pour un milliard de dollars d’héroïne aux États-Unis pour… accaparer le marché de la drogue, je pense. Créez un tas de nouveaux utilisateurs et il pourra utiliser sa prochaine récolte pour gagner beaucoup d'argent, je crois. Cela n’a pas vraiment d’importance, bien sûr, mais ce qui suit est à la fois divertissant et vraiment frustrant.

Bond s'échappe en Louisiane et se lance dans une poursuite en hors-bord à travers les bayous. C'est amusant, bien filmé, avec des quantités appropriées de destruction et de rebondissements. Le problème est qu’il n’est pas dit du point de vue de Bond. Nous avons un tout nouveau personnage 90 minutes après le début du film, le shérif JW Pepper, un dessin animé d'un bon vieux garçon de Louisiane avec un badge, qui hurle et hurle à travers toute l'affaire, pourchassant Bond. Pepper n'est pas aussi divertissant que le film le pense, et le fait qu'il soit présenté si tard et que nous voyons la grande scène d'action est au mieux frustrant. Nous devrions être avec Bond. Certes, il est juste un type et non un personnage, donc le lien émotionnel est limité, mais il est notre protagoniste qui fait les choses dans la scène. Nous devrions lui être attachés à la hanche, pas un shérif au hasard.

La confrontation finale avec le Dr Kananga est également étrange. Il n’ya pas de réel sentiment d’urgence pour Bond de se rendre à Kananga. Il est juste temps d’entrer dans la base et d’essayer de l’arrêter. Il n'y a aucune impression d'une horloge qui tourne vers le bas contre laquelle Bond se bat, ce qui donne à la dernière touche d'excitation un air plombé. Pourquoi ne pas le faire pour que Bond essaie d'arrêter la prochaine expédition? Il doit arrêter ça, et il doit aller vite! Au lieu de cela, c’est juste que Kananga est là-bas et doit être confronté. En termes de réalisation de films à action mince, il est étonnamment inerte.

Je dirai cependant que Yaphet Kotto est génial en tant que Kananga. Il est là pour s'amuser, mâcher le paysage et profiter de chaque instant d'être un antagoniste de Bond. Jane Seymour est en grande partie sans vie en tant que Solitaire, cependant.

Vivre et laisser mourir est une véritable introduction à Roger Moore en tant que Bond. Abandonnant le sérieux de Connery, ils n'ont jamais embrassé la mince bêtise pour laquelle Moore était apte. Ajoutez une narration inutilement confuse et compliquée ainsi qu'une grande scène d'action qui ne va pas, et j'ai un film que je voulais aimer beaucoup plus que moi.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *