Catégories
Livres & comics

INTERVIEW: Olive Brinker sur son webcomic, RAE THE DOE

Olive Brinker est un dessinateur avec le vent dans les voiles. Ses webcomics de longue date Rae la biche s'est avérée si populaire qu'elle a financé avec succès une série de peluches basées sur ses personnages Rae et Mimi. Après le succès de sa dernière campagne de financement participatif, Rae la biche vient de sortir sa 365e bande dessinée, et la série sera désormais syndiquée via Comics Kingdom. C’est tout un exploit. Sa bande est charmante, réfléchie et hilarante. J'ai parlé à Brinker de son webcomic, de la comédie (et des peluches) et de la syndiquer.


Philippe Leblanc: Pour les lecteurs qui ne vous connaissent peut-être pas et ne connaissent pas votre travail, pouvez-vous nous parler un peu de vous?

olive Brinker: Salut je suis olive! Je suis une femme trans de 24 ans du New Jersey et la créatrice d'un webcomic appelé Rae la biche. Je suis allé à l'école pour étudier l'animation par ordinateur, mais j'ai fini par trouver un cheminement de carrière dans le dessin animé. Mon but ultime est de faire sourire les gens avec des blagues stupides et des bandes dessinées saines.

Leblanc: Je veux commencer par parler de Rae la biche. Pouvez-vous nous dire l'origine de cette série?

Brinker: J'ai commencé à dessiner la bande dessinée tout en travaillant sur mon film de thèse pour l'université. Je passais des heures et des heures chaque jour sur cette animation 3D compliquée, donc dessiner rapidement une petite bande dessinée mignonne était l'échauffement parfait. C’est pourquoi Rae a un design si simple – car elle a été conçue pour être dessinée le plus rapidement possible, afin que je puisse reprendre le plus rapidement possible mon film de thèse. C'est drôle que la bande dessinée ait développé son propre style distinctif, car cette décision était d'abord purement utilitaire.

Leblanc: Vous êtes récemment diplômé de la School of Visual Art New York City en tant qu'animateur informatique. Pensez-vous que cette expérience vous a aidé spécifiquement à faire des bandes dessinées.

Brinker: Je pense que mon expérience chez SVA sera beaucoup plus utile pour travailler sur Rae la biche’S Grand jeu, le jeu vidéo que je prévois, que sur la bande dessinée elle-même. Oh, j'ai aussi récemment utilisé mes compétences en modélisation 3D pour concevoir les revirements 3D pour les peluches que nous démarrons! Alors oui, je trouve des moyens d'utiliser cette expérience universitaire quand je le peux, même si j'ai fini par suivre un cheminement de carrière inattendu.

Leblanc: Félicitations pour avoir obtenu votre bande dessinée en cours Rae la biche syndiqué avec King Features.

Brinker: Merci, c’est super de pouvoir enfin en parler. Il s'agit d'un projet qui a duré des mois. Je l'ai présenté il y a un certain temps à King Features, et il est venu de manière assez organique. Après la bande dessinée # 200, j'ai pensé qu'il pourrait y avoir un moyen d'avoir un public plus large. J'espérais que cela gagnerait sa vie grâce à la bande dessinée. Ce sera cinq bandes dessinées par semaine, du lundi au vendredi.

Leblanc: Allez-vous faire quelque chose de spécial pour célébrer?

Brinker: Oui, je vais publier une bande spéciale dans laquelle Rae explique ce qui va lui arriver et "annonce la nouvelle" pour ainsi dire. Ce sera à propos de la façon dont son rêve était d'avoir un comic être syndiqué et cela se réalise. C'est fantastique. Il a fallu un certain temps pour que cela se produise, mais après beaucoup de va-et-vient entre moi et les gens de Comics Kingdom, c'était finalement officiel il y a quelques mois. Je meurs d'envie d'en parler aux gens, mais nous nous sommes mis d'accord sur une journée pour les nouvelles officielles.

Leblanc: Je suis constamment impressionné par l’esprit dont vous faites preuve dans ces bandes. Il y a un puits sans fin de jeux de mots et de jeux de mots dans Rae la biche qui surprend constamment. Comment décidez-vous de ce qui se passe dans vos bandelettes. Pouvez-vous nous guider à travers le processus de Rae la biche Bande dessinée?

Brinker: Une chose que j'aime faire Rae la biche c'est que chaque bande dessinée peut varier assez énormément les unes des autres. Parfois, une bande dessinée concerne une chose que je fais, parfois elle fait une déclaration politique par exagération comique, et parfois c'est juste un jeu de mots horrible ou une blague stupide. Les bandes dessinées sont si variées parce que je fais généralement une bande dessinée sur la seule chose à laquelle je pense à ce jour-là – la politique, la dépression, une blague qui m'est venue à l'esprit, etc.

Après avoir choisi un sujet, j'essaie de penser à une punchline. "Qu'est-ce qui est ironique ou humoristique ici?" est la question que je dois me poser. Une fois que j'ai une punchline et un sujet gravés dans la pierre, je dois écrire le dialogue. Cette partie prend le plus de temps. Je pense généralement à un sujet et à une punchline en faisant des œufs ou en prenant une douche. D'un autre côté, écrire le dialogue me prend parfois plus d'une demi-heure. Je fais de mon mieux pour choisir la formulation la plus claire et la plus cohérente d'une blague possible. Une bande dessinée n'est que de quatre panneaux, donc pour exécuter correctement une blague à son meilleur, chacun des quatre panneaux doit bien faire son travail, même quand il est comme … l'humble deuxième panneau. Habituellement juste là pour développer l'introduction du sujet à partir du panneau un. Ce n'est pas un panneau très épicé, mais c'est IMPORTANT!

La stimulation et le choix des mots réfléchis font une énorme différence dans la façon dont les bandes dessinées sont reçues, selon mon expérience, alors j'y ai beaucoup trop réfléchi. J'ai l'air très prétentieux à propos de l'écriture comique, mais il y a une bonne raison à cela: je le suis.

Leblanc: Depuis que tu as commencé Rae The Doe début 2019, vous avez réalisé (à ce jour) 365 bandes dessinées. Vous attendiez-vous à ce que cette série soit aussi longue?

Brinker: Dieu non. Je n'avais aucun plan pour cette bande dessinée quand elle a commencé. Je n'ai pas pris la peine de nommer Rae (ou la bande dessinée) avant la publication de la quatrième bande. Il m'a fallu environ un mois pour publier des bandes dessinées pour réaliser "d'accord, cela pourrait avoir un véritable avenir", mais je n'aurais jamais prévu que cela deviendrait si réussi … ou du tout réussi, pour être honnête. J'étais si sûr depuis si longtemps que mon art ne trouverait jamais de public, mais nous y voilà. J'essaie de garder cela à l'esprit à tout moment: le récit que vous avez construit sur vous-même n'est pas nécessairement un à un avec la réalité, surtout lorsque vous vous dites que vous ne pouvez pas ou ne réussirez jamais à accomplir quelque chose.

Leblanc: Une chose intéressante à propos de la conception de votre personnage est qu'il existe une simplicité qui le rend très accessible. Mon fils m'a vu lire la bande et bien que Rae était adorable. Ce n'est pas une bande dessinée pour les enfants, mais il y a un appel définitif pour un public plus jeune.

Brinker: C’est drôle, souvent les parents et leurs enfants que je vois dans les conventions pensent que la bande dessinée est mignonne mais s’ils me demandent si elle convient aux enfants, je réponds généralement «pas vraiment». C'est un peu plus mature, de la même manière que vous ne laisseriez pas un jeune enfant regarder Les Simpsons. Je suppose que c'est surtout fait pour la vingtaine déprimée. Il sera plus «familial» dans un sens maintenant qu'il est syndiqué.

Leblanc: Certaines de vos bandes, tout en étant un peu plus mûres, explorent des thèmes pertinents pour les enfants comme l'identité, l'inclusivité, l'acceptation et la compréhension de soi et le respect d'autrui.

Brinker: Je pense qu'il peut y avoir un nombre à un chiffre de bandes dessinées qui ne sont pas adaptées aux enfants. Surtout au début, où j'explorais encore de quoi parlait cette série. J'ai fait une bande dessinée vers 420, mais après un certain temps, je ne pensais pas que cela correspondait au ton de l'œuvre. Maintenant que c'est un syndicat, cela n'atténuera pas la façon dont j'explore les thèmes que vous avez mentionnés plus tôt. Le noyau est toujours le même, Rae est toujours trans, mais il n'y aura probablement pas de blagues caca.

Leblanc: En plus de Rae The Doe, vous travaillez également sur Roman saphique, une série que vous sérialisez sur Patreon. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cette série?

Brinker: Roman saphique se déroule dans un monde où chacun est une sorte de créature mythique ou de personnage folklorique. Il met en vedette Bloody Mary, Medusa et Baba Yaga en tant que femmes queer de vingt ans. C'est un peu ridicule, donc j'essaie de m'amuser avec. La colocataire de Mary est Mothman, qui sort avec le Jersey Devil, par exemple. Pour l'instant, je n'ai publié qu'une poignée de pages, car d'autres projets continuaient à exiger mon attention. Je devrais pouvoir y revenir maintenant que la campagne Kickstarter est terminée. L'autre projet est ce que j'appelle ma dépression.

Leblanc: En plus de Patreon, y a-t-il d'autres façons pour les lecteurs de vous soutenir, financièrement ou autrement?

Brinker: Ouais! Patreon est un bon moyen de me soutenir en ce moment. En plus de cela, j'ai une page de magasin sur Topatoco et ma propre boutique en ligne qui vend mon livre et quelques vêtements.

Leblanc: Comment allez-vous depuis le début de la pandémie?

Brinker: C'est bon, je deviens un peu fou et j'ai l'impression d'être dans le film Le phare. J'aimais aller en ville, prendre un bus, manger au dîner, aller au cinéma. Toutes les petites choses que je tenais pour acquises ont disparu, c'est donc un ajustement. C'est pour la sécurité publique, donc ça va, ça ne rend pas les choses plus faciles non plus. Donc je vais bien.

Leblanc: Que voulez-vous que les lecteurs emportent avec eux une fois qu'ils auront fini de lire vos bandes dessinées?

Brinker: J'ai écrit une fois en plaisantant: «J'espère que mon webcomic à fourrure gay pourra distraire les gens de la solitude existentielle écrasante de la vie quotidienne pendant quelques secondes trois fois par semaine» et honnêtement? ça résume à peu près.


Vous pouvez soutenir le travail d'Olive sur sa page Patreon et sa boutique en ligne. Vous pouvez suivre son travail sur son site Internet, sur Twitter et lis Rae la biche en ligne également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *