Catégories
Livres & comics

Critiques rétro: les dix meilleurs films gangsters de Londres et du Royaume-Uni




Gertcha!

De la même manière que Chicago, New York, Boston et d'autres grandes villes américaines ont leur propre marque de films de gangsters, nous aussi, dans le bon vieux Blighty. Il peut y avoir des thèmes communs – le sexe, la violence, une insouciance sociopathique envers les sentiments des autres, et, à un moment donné, vous allez rencontrer un patron du crime de scumbag qui fait ramper votre peau – mais on met généralement moins l'accent sur le glamour de le jeu, et même lorsque les seigneurs des gangs vivent haut sur le porc (dans les années 1970, cela signifiait avoir une télévision couleur et un réfrigérateur plein). Il y a encore quelque chose d'un peu trop domestique, dirons-nous "grincheux", pour correspondre à de nombreux modes de vie tels que Goodfellas ou Le parrain.

Certes, la grande majorité se déroule dans la capitale, d’où l’expression Cockney dans le titre de ma pièce, tirée du populaire tep-tapper de 1979 du duo Chas’n Dave de l’East End:

Et c'est parti:

1. Performance (1970): Le meilleur rôle de Jagger… une barre basse, diraient certains, mais un excellent film.

2. Vendredi Saint (1980): ensemble maintenant: «Eric a explosé! »

3. Obtenez Carter (1971) – Michael Caine monte au nord de Newcastle, pour venger les assassins de son frère. Très bon score de Roy Budd. Stallone l'a refait en 2000 – mal. Et à sa honte éternelle, Caine y a joué un rôle. Wot a Merchant Banker, comme le dit la phrase.

4. Gâteau de couche (2004) – le rôle qui a scellé le concert de Bond pour Daniel Craig:

5. Scélérat (1971) – tu veux voir Richard Burton jouer un Gay Cockney Gangster?

6. The Bank Job (2008) – Pas votre «Stath» habituel, basé sur des événements réels…

7. Mona Lisa (1986) – Hoskins à nouveau, cette fois dans un rôle plus doux en tant qu'ex-con au bon cœur George, chargé de s'occuper d'une call-girl de grande classe par son patron de salaud Mortwell (un très méchant Michael Caine):

8. Lundi orageux (1988) – un autre voyage dans le Nord vers les contrées sauvages de Newcastle, cette fois en compagnie de Sting, Tommy Lee Jones, Melanie Griffith et Sean Bean. "Howay the lads!", Comme l'a dit le président Carter lors de sa visite de 1977 dans la ville.

9. Brighton Rock (1947) – Le film de gangsters de John Boulting se déroule dans la ville (alors) miteuse de la côte sud de Brighton, où le jeune psychopathe brandissant le rasoir ‘Pinkie’ Brown (Richard Attenborough) coupe littéralement une bande à travers ses rivaux…

dix. Nuit et ville (1950) – Richard Widmark comme un arnaqueur américain venant un cropper à Londres après la tombée de la nuit…

Ne soyez pas timide – dites-nous ce que vous pensez être les films de gangsters les plus rudes jamais réalisés de l'autre côté de l'étang.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *